Preloader
Panier

Quelle protection choisir contre le Coronavirus ?

Quelle protection choisir contre le Coronavirus

Face au coronavirus, nombreux sont les Français cherchant à se protéger à l’aide d’un masque. Mais entre les masques chirurgicaux, les « FFP2 », les jetables, les réutilisables…

Pas toujours facile de s’y retrouver, et surtout d’en trouver qui soient livrés rapidement et à bon prix. 

Les masques FFP2 jetables

Masques FFP2 au meilleur prix

Voici une sélection de masques de type FFP2 en norme européenne (ou N95 / KN95 en norme américaine), c’est à dire offrant le niveau de protection requis contre le coronavirus :

Liquid error: product form must be given a product

Combien de temps dure un masque FFP2 ?

Les masques jetables FFP2 (également appelés masques « bec de canard ») sont valables durant 8h. Ils doivent être parfaitement positionnés autour du nez et bien englober le menton pour que l’intégralité de l’air entrant soit filtré, ce qui n’est pas toujours évident (et cela l’est d’autant moins avec un masque chirurgical).

Important : tout masque porté doit être jeté ensuite, et ce même s’il l’a été moins que sa durée de vie de 8h. Il ne faut jamais remettre un masque jetable qui a déjà été utilisé !

Masques FFP2 3M avec valve

Les masques FFP2 de la marque 3M sont très rares et recherchés en ce moment en raison de leur qualité supérieure indéniable. Vous en trouverez un lot de 3 ci-dessous (modèle Aura 9334CV+). Rupture de stock.

Les masques chirurgicaux

Les masques chirurgicaux sont-ils efficaces contre le coronavirus ?

Les masques chirurgicaux (ou « masques 3 plis ») font souvent l’objet de recommandations erronées dans le cadre de la prévention du coronavirus. Contrairement aux masques FFP2 qui filtrent dans les deux sens, un masque chirurgical est conçu pour filtrer l’air à l’expiration et non à l’inspiration.

Liquid error: product form must be given a product


Par conséquent, les masques chirurgicaux sont uniquement recommandés aux personnes déjà infectées par le virus, afin de stopper d’éventuels postillons de salive infectieux. Ils le sont également pour toute personne pensant être infectée ou ayant récemment été au contact d’une personne malade du coronavirus.


En revanche si vous êtes une personne saine désireuse de se protéger du coronavirus, il faudra vous tourner vers des masques de protection de type FFP2, disponibles ci-dessus. Porter un masque chirurgical permet d’être mieux protégé que si vous ne portiez aucun masque, c’est indéniable, mais ce n’est pas suffisant pour l’être totalement.

Durée de vie d’un masque chirurgical

Les masques chirurgicaux peuvent être portés 3h de suite maximum. Ils ne sont ni lavables ni réutilisables et rarement bien adaptés à la forme du visage. Hors un masque qui n’épouse pas parfaitement ce dernier est beaucoup moins efficace, puisque le risque infectieux reste présent du fait qu’il laisse passer de l’air non filtré.


Comme pour les masques FFP2, tout masque chirurgical doit être jeté après avoir été porté, et ce même s’il l’a été moins de 3h.

Les masques FFP2 réutilisables


Offrant le niveau de protection requis contre le coronavirus dès lors que leurs cartouches contiennent des filtres FFP2 (ou FFP3), ces masques respiratoires à cartouches filtrantes sont lavables, réutilisables et épousent parfaitement la forme du visage, garantissant que l’ensemble de l’air sera bien filtré (au contraire des masques jetables, dont c’est le principal point faible).

Le meilleur masque réutilisable prêt à l’emploi

Liquid error: product form must be given a product


Le masque réutilisable au meilleur rapport qualité / prix que nous ayons trouvé est celui-ci. Livré avec ses 2 cartouches et ses 2 filtres. Les utilisateurs à qui nous l’avons recommandé nous en ont fait d’excellents retours, et nous ne pouvons que continuer à vous le recommander.

Les filtres de rechange du masque Nasum

Bien qu’il soit livré avec ses 2 filtres inclus, mieux vaut avoir des filtres d’avance sous la main car il faudra finir par les remplacer. Pour cela vous pouvez vous tourner vers les filtres FFP2 de la marque 3M (modèle 5925) qui sont parfaitement compatibles puisque ce masque obéit à un standard. Ils sont vendus en lot de 3 paires (6 filtres).

Combien de temps durent les filtres des cartouches ?

Les filtres des cartouches de masques réutilisables offrent une protection allant de 20h si vous le portez dans le cadre de travaux poussiéreux jusqu’à plusieurs semaines si vous l’utilisez en vue de vous protéger d’un virus, pour traverser une ville ou dans les transports en commun par exemple, autrement dit non exposé à un environnement particulièrement poussiéreux.


De nombreux utilisateurs affirment même que leurs filtres tiennent plusieurs mois, mais comme il ne s’agit pas de poussières ou d’odeurs de peinture, mais d’un virus, nous préférons rester prudents à ce sujet.

Comment savoir quand les filtres sont à changer ?

Le fait d’observer une résistance de l’air lorsque vous inspirez, autrement dit quand l’inspiration commence à devenir plus difficile, est l’indicateur sur lequel vous baser pour savoir quand changer les filtres des cartouches. Car si le masque est bien lavable et réutilisable, les filtres quant à eux doivent être remplacés périodiquement (mais pas les cartouches).

Cette résistance de l’air est due au fait que les filtres sont chargées en particules. Il convient alors de les remplacer par des filtres neufs afin de rester bien protégé et de garder une respiration confortable à travers le masque.

Quand et comment nettoyer mon masque réutilisable ?

Il est conseillé de nettoyer votre masque avec soin après chaque sortie. L’idéal étant de porter des gants jetables durant cette opération (si vous n’en avez pas, vous pourrez en trouver plus bas dans cet article). Dans tous les cas, il conviendra de bien se laver les mains avant et après le nettoyage du masque. Lors du changement des filtres, profitez-en pour nettoyer l’intérieur de chaque cartouche, puisque cette zone n’est accessible que lorsqu’elle en est dépourvue.


Le meilleur moyen de nettoyer un masque réutilisable est l’utilisation de petites lingettes désinfectantes avec de l’alcool à au moins 70%, comme celles ci-dessous :

Quelle différence avec les masques à gaz ?

Les masques respiratoires à cartouches filtrantes sont souvent confondus avec les masques à gaz, par abus de langage et en raison de leur ressemblance frappante. Mais si les masques à gaz utilisent des cartouches d’oxygène pour pouvoir respirer en étant totalement coupé de l’air environnant, ces masques respiratoires utilisent à la place de ces mini-bonbonnes des cartouches filtrantes, utilisant donc l’air environnant en le filtrant fortement.

Par ailleurs, les masques à gaz doivent obligatoirement protéger les yeux, et sont donc des masques complets (avec visière). Et bien qu’il existe aussi des masques complets à cartouches filtrantes, la plupart des modèles sont des demi-masques.

Bien qu’il s’agisse de la protection la plus intégrale qui soit, il est inutile d’investir dans un masque à gaz, très lourd mais aussi onéreux (de même que ses cartouches) et uniquement justifié en cas d’attaque au gaz mortel. En revanche dans le cadre d’un virus comme le coronavirus, et bien que moins discrets esthétiquement parlant que les masques jetables, les masques respiratoires à cartouches filtrantes sont une excellente solution.

Les masques réutilisables en tissu (filtres à charbon actif PM2.5)

Sont-ils efficaces contre le coronavirus ?

Méfiez-vous des masques en tissu réutilisables, utilisant des filtres à charbon actif sur lesquels sont inscrits « PM2.5 ». Tentants car très rentables, ces masques sont efficaces contre la poussière, mais en aucun cas contre les virus !
Et nombreuses sont les fiches produits qui tentent de faire passer ces articles pour des produits anti-virus, parfois même jusqu’à inscrire « FFP2 », « N95 » ou « KN95 » (les niveaux de protection requis contre le coronavirus) dans le titre ou le descriptif de l’annonce .

Les masques réutilisables en tissu (filtres à charbon actif PM2.5) sont ils utiles

filtre à charbon actif pm 2.5 : Filtration insuffisante et problèmes au nettoyage

En réalité ces masques ne vous apporteront pas meilleure protection que de simples masques chirurgicaux. On peut alors se poser la question : peuvent-ils remplacer des masques chirurgicaux ? La réponse est non, car si les filtres de ces masques peuvent facilement être changés, le masque PM2.5 à charbon actif, en revanche, est difficile voire impossible à nettoyer (contrairement aux masques réutilisables FFP2 prévus à cet effet).

Et même si les vendeurs indiquent qu’ils sont lavables, l’alcool à 70% nécessaire à leur désinfection finit par les détériorer, et ils franchissent un seuil où leur niveau de filtration commence à être altéré sans qu’il soit possible de le détecter.

Dès lors ces produits posent un évident problème de sécurité et c’est la raison pour laquelle, bien qu’offrant un niveau de protection similaire, le masque chirurgical jetable est à privilégier. Et bien entendu pour rappel, seul le masque FFP2, qu’il soit jetable ou réutilisable, offre le niveau de protection requis contre le coronavirus.

Liquid error: product form must be given a product

Enfin pour éviter toute confusion : ce n’est pas parce qu’un produit indique « PM2.5 » dans le titre ou le descriptif de sa page qu’il est mauvais et inefficace contre le coronavirus. Les masques FFP2, par exemple, filtrent les virus mais aussi les PM2.5, qui sont en fait tout simplement… les poussières. Seulement, ces masques en tissu réutilisable ne filtrent que les PM2.5, là est toute la différence.

Le point sur les normes des masques de protection

Que signifient les termes FFP1, FFP2 et FFP3 ?

Les masques sont classés selon 3 niveaux de protection selon la norme européenne EN 143. Le niveau FFP1 est celui des masques chirurgicaux. Pour le coronavirus (Covid-19 ou 2019-nCoV) le niveau minimal requis pour être protégé est FFP2. Les masques FFP2 filtrent au moins 94% des particules en suspension et les FFP3 99%. FFP signifie « Filtering Facepiece Particals » (pièce faciale filtrante).

Que veulent dire N95, N99, KN95 et KN99 ?

Vous pourriez aussi voir dans les descriptifs de ces masques de protection les termes N95(ou KN95) et N99 (ou KN99). Il s’agit cette fois des normes américaines du NIOSH. Un masque N95 filtrera alors 95% des particules en suspension (1% de plus que FFP2) et un masque N99 en filtrera 99% (comme FFP3). Les masques N95 et N99 sont donc, eux aussi, efficaces contre le coronavirus.

Hormis le port d’un masque, comment me protéger ?

Porter des gants jetables

Si la voie respiratoire est l’un des deux moyens de transmission du coronavirus, il ne faut pas oublier que le fait de toucher une surface infectée puis les muqueuses du visage (les yeux, le nez ou la bouche) en est le second. Pour éviter que le virus ne puisse se fixer sur la main qui finira fatalement par être portée sur ces zones du visage (que l’on touche un très grand nombre de fois sans même que l’on s’en rende compte), le meilleur moyen reste de porter des gants jetables.

Liquid error: product form must be given a product

Une fois jetés, après un trajet en métro ou des courses dans un magasin par exemple, la main peut de nouveau entrer en contact avec le visage sans que le risque d’être contaminé ne soit encouru.

Les lunettes de protection : éviter la contamination par les yeux

Porter un masque FFP2 permet d’éviter que d’infimes gouttelettes de salive contaminées, potentiellement présentes dans l’air inspiré, n’entrent en contact avec les muqueuses du nez ou de la bouche. Mais saviez-vous que le risque d’être contaminé était exactement le même si ces dernières entraient en contact avec les yeux ?

Parce qu’ils sont chers, encombrants et peu discrets, les masques complets (qui possèdent une visière protégeant les yeux contrairement aux demi-masques de cet article) ne semblent pas être la solution idéale. En revanche il existe des lunettes de protection qui, en complément du masque, permettent d’éviter toute contamination par les yeux. Dans ce cadre précis, ces dernières doivent également protéger le côté des yeux.

Liquid error: product form must be given a product
Liquid error: product form must be given a product

Gel hydroalcoolique et lingettes désinfectantes

Outre le port d’un masque, il est préconisé de se laver régulièrement et soigneusement les mains, au moins 40 secondes, à l’eau chaude et avec du savon en insistant sur les pouces, trop souvent oubliés, et les zones entre les doigts.

Si vous n’avez pas de point d’eau permettant de le faire à proximité, utilisez un gel hydroalcoolique anti-bactérien ou des lingettes désinfectantes telles que celles ci-dessous :

Liquid error: product form must be given a product
Liquid error: product form must be given a product

Comment bien mettre et enlever son masque ?

Bien mettre un masque jetable (chirurgical ou FFP2)

Avant de mettre votre masque, lavez-vous bien les mains (eau chaude + savon) et vérifiez que le masque ne présente aucun défaut ni déchirure. La partie rigide est à positionner autour du nez et non du menton.

La plupart des masques chirurgicaux présentent des boucles à accrocher autour des oreilles. De type élastique, il vous suffit simplement d’accrocher chaque boucle autour de chaque oreille. Les masques filtrants FFP2 quant à eux présentent le plus souvent une bande élastique qu’il vous suffit de passer derrière la tête.

D’autres masques présentent des attaches qu’il vous faudra nouer derrière la tête, et enfin certaines deux bandes élastiques au lieu d’une : l’une est à passer derrière la tête jusqu’à l’arrière du crâne, l’autre derrière la nuque.

Mise en place masque protection

Une fois le masque bien positionné et accroché, pincez entre l’index et le pouce la petite partie rigide autour du nez. Celle-ci doit venir se tordre autour de votre nez et assurer que l’air ne pourra pas entrer par le dessus du masque, auquel cas il serait non filtré. C’est donc une étape très importante, à réaliser avec le plus grand soin.

Enfin, ajustez votre masque. Veillez à ce que le haut du masque recouvre bien entièrement le nez et arrive juste avant les yeux, et le bas du masque l’ensemble du menton. Concernant les masques chirurgicaux, cet ajustement peut se faire en étirant le masque, prévu à cet effet, une fois positionné. Toujours pour ces masques chirurgicaux, s’ils présentent des face de deux couleurs, la face bleue doit être à l’extérieur et la face blanche en contact avec votre visage.

Bien enlever un masque jetable

On ne le dira jamais assez et on y pense pas toujours, mais veiller à retirer son masque de la bonne manière est aussi important qu’apprendre à bien le mettre. Ne touchez que les bords, et jamais les parties qui étaient en contact avec la bouche ou le nez. Dans le cas contraire, si votre masque avait stoppé le virus en l’arrêtant sur sa surface, vous pourriez vous infecter quand même en touchant la zone contaminée puis votre visage…

Après avoir retiré votre masque, ne le jetez pas directement à la poubelle mais plutôt dans un sachet plastique. Nouez-le et jetez ensuite le tout dans une poubelle. Enfin, lavez-vous soigneusement les mains, au moins 40 secondes avec de l’eau chaude et du savon.

Bien mettre et enlever un masque réutilisable

Certaines recommandations données ci-dessus pour les masques jetables sont également valables pour les masques réutilisables. Ainsi, il est important de ne pas entrer en contact avec la zone extérieure du masque mais veiller à uniquement toucher sa ou ses sangles. En revanche pour ce qui est du positionnement du masque, ces modèles ont l’avantage de bien se positionner autour du nez et du menton, facilitant la bonne herméticité de l’air.

Il faudra toutefois veiller à parfaitement ajuster leurs sangles, afin d’être ni trop serré, ni trop peu, et ainsi garantir que le masque pourra jouer son rôle tout en restant confortable.

Les fake news sur les masques contre le coronavirus

Porter un masque n’est utile qu’en cas d’infection

Les autorités et l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) déconseillent le port de masque aux personnes saines dans le cas de la lutte contre le coronavirus, sauf si elles sont amenées à approcher des personnes infectées. Cela prouve que le masque est réellement efficace en cas de contact avec des malades.

Mais comment savoir si les personnes que l’on approche dans les lieux publics sont infectées ou non ? En cela déconseiller de porter un masque paraît illogique… Comme le dit l’adage mieux vaut prévenir que guérir, et s’équiper en conséquence.

Le ministre de la santé Olivier Véran a même affirmé que « les masques FFP2 ne sont pas indispensables en médecine de ville ». Mais face à la colère des médecins menaçant de stopper leurs soins, le gouvernement a du faire machine arrière et leur a promis des masques FFP2.

Le masque chirurgical est aussi efficace que le masque FFP2

Jérôme Salomon, médecin infectiologue et référent des sujets coronavirus au gouvernement, a affirmé que dans le cadre du coronavirus, les masques chirurgicaux offraient un « niveau de protection équivalent » aux masques FFP2. On vous explique ici pourquoi c’est faux en détail.

Car en réalité ce qu’il affirme n’est vrai que pour les personnes déjà infectées par le virus cherchant à ne pas contaminer (puisque les deux masques stoppent les projections de salive de la même manière), mais en aucun cas pour les personnes saines cherchant à ne pas être contaminées.

On peut fabriquer ses propres masques (ou acheter du fait maison)

Devant la hausse des prix des masques FFP2 et même des masques chirurgicaux, beaucoup se demandent s’il est possible de fabriquer soi-même ses propres masques. Mais si le fait maison a d’ordinaire du bon, il est en revanche impossible de concevoir un masque de protection anti-virus fiable soi-même.

Le niveau de protection FFP2 est en effet très exigeant, et à moins de disposer de matériel à la pointe des technologies médicales et d’un laboratoire de test à la maison, il vous sera impossible de produire un masque répondant aux critères de cette norme.

Et pour cause : l’air doit pouvoir suffisamment circuler pour vous laisser respirer, mais sans toutefois laisser passer d’infimes particules telles que des virus. Cela va donc bien au-delà d’un simple tissu et autres matériaux déjà existants en l’état à placer devant le nez ou la bouche après les avoir découpé et munis de deux élastiques !

Pour concevoir des masques filtrants, les fabricants utilisent des matériaux bien spécifiques introuvables dans le commerce, les modifient pour en faire des filtres, et les superposent sur plusieurs couches de la bonne manière afin que l’intégralité de l’air traversant le masque soit bien filtré.

Les masques sont ensuite testés avec des virus réels, ce qui demande encore une fois du matériel de pointe, de l’expérience, des locaux aux normes et des équipements de protection adéquats.

Ce type de masque fait maison que l’on fabrique soi-même, si ce n’est qu’il peut apporter un « sentiment de protection », ne vous protégera pas réellement du coronavirus. Il sera même moins filtrant qu’un masque chirurgical qui, bien que moins exigeant qu’un masque FFP2 (niveau de protection minimal pour se protéger du coronavirus), répond déjà à un niveau de filtration assez complexe pour qu’il soit, comme pour les masques FFP2, impossible de concevoir soi-même un quelconque produit à l’efficacité équivalente.

La barbe est compatible avec le port d’un masque ?

Amis barbus, attention ! Dans la plupart des cas (selon la forme de votre barbe), mieux vaudra raser temporairement votre barbe si vous portez un masque, le temps que la pandémie passe, pour assurer une parfaite herméticité entre le masque et votre peau, sans quoi de l’air non filtré pourrait passer outre le masque et présenter un risque de contamination.

Certains prétendent que les poils peuvent obstruer la valve respiratoire des masques qui en sont pourvus, mais c’est bien plutôt le fait d’avoir une zone non hermétique à l’air en raison des poils présents entre le masque et la peau qui pose réellement problème.

Mais tous les barbus ne sont pas logés à la même enseigne. Ainsi, certaines formes de barbes, moustaches et boucs restent compatibles au port d’un masque. De manière générale, toute pilosité faciale pouvant entrer entièrement dans le masque sans en dépasser ne présentera pas de risque particulier. Pour le dire autrement, les barbes présentant un risque sont celles dont des poils entrent en contact avec les bords du masque.

Cette recommandation nous vient du CDC, le centre américain pour le contrôle et la prévention des maladies. Et parce qu’elle n’a pas été donnée dans le cadre du coronavirus mais avant (en 2017), certains sites d’actualité français pourtant bien connus prétendent que la barbe est compatible au port d’un masque. Mais il n’en est rien, ces recommandations restent tout à fait valables, et ce quelque soit le motif justifiant le port d’un masque.

Parce qu’un dessin vaut mieux qu’un long discours, voici l’infographie en question du CDC, reprenant les barbes compatibles ou non au port du masque :

Rappels utiles sur le coronavirus

Quand et comment est apparu le coronavirus ?

Apparu en Chine en décembre 2019, le coronavirus, officiellement appelé 2019-nCoV puis Covid-19, est d’abord contracté puis transmis entre animaux. Les scientifiques soupçonnent alors la chauve-souris d’être la première porteuse de ce virus, laquelle aurait contaminé le pangolin, un animal en voie d’extinction.

Apparu en Chine en décembre 2019, le coronavirus, officiellement appelé 2019-nCoV puis Covid-19, est d’abord contracté puis transmis entre animaux. Les scientifiques soupçonnent alors la chauve-souris d’être la première porteuse de ce virus, laquelle aurait contaminé le pangolin, un animal en voie d’extinction.

Mais si l’hypothèse de la chauve-souris semble de plus en plus avérée, celle du pangolin l’est de moins en moins, bien qu’il y ait forcément un maillon de la chaîne de contamination entre la chauve-souris et l’homme, qui reste donc à déterminer de manière certaine.

Comment se transmet le coronavirus ?

Une fois un être humain contaminé, le virus se transmet aux autres êtres humains par voie respiratoire et contacts physiques, plus spécifiquement via les postillons de salive, aussi infimes soient-ils. C’est la raison pour laquelle les masques sont si importants dans le cas du coronavirus, et primordial pour les personnes infectées.

Mais il existe un autre mode de contamination : le fait de se toucher les yeux, le nez ou la bouche après avoir touché une surface contaminée (poignée de porte, téléphone portable, clavier d’ordinateur, billet de banque, documents, etc.).

Le virus ne pouvant survivre que quelques heures sur ces surfaces en dehors du corps, pas de crainte si vous recevez par exemple un colis ayant été en contact avec le virus. En revanche si une personne contaminée vient de toucher une surface que vous touchez ensuite, il existe un risque, puisqu’on se touche de très nombreuses fois le visage sans même que s’en rende compte…

Quels sont les symptômes du coronavirus ?

L’OMS estime la période d’incubation du coronavirus entre un et huit jours. Les principaux symptômes sont :

Une forte température ;
Une toux répétée ;
Des douleurs musculaires ;
Des difficultés respiratoires ;
Une conjonctivite.
Comment réagir si je pense être infecté ?
Si vous pensez être infecté, restez chez vous et contactez votre médecin. Auparavant il fallait contacter le Samu (15), mais celui-ci ne pouvant plus répondre aux appels trop nombreux, la consigne a changé.

Bien sûr il convient toujours d’appeler le Samu si les symptômes sont si présents que vous êtes en danger et qu’une intervention immédiate d’urgentistes est nécessaire. Dans tous les cas, ne vous déplacez surtout pas chez votre médecin ni à la pharmacie au risque de contaminer d’autres personnes, d’autant qu’Emmanuel Macron a imposé aux Français le confinement chez eux jusqu’au 31 mars.

Et pour toute question concernant le coronavirus, n’hésitez pas à contacter le numéro spécial 0800 130 000 (appel gratuit depuis un poste fixe en France, 7 jours sur 7, de 9h à 19h) ou le site officiel du gouvernement.

Pour aller plus loin : explications du Dr Michel Cymes
Coronavirus : Michel Cymes vous explique comment s'en protéger

Notre but : éviter les abus dus à la pénurie

Il est devenu impossible de trouver des masques FFP2 contre le coronavirus en pharmacie car le gouvernement les a réquisitionné pour le personnel médical, c’est pourquoi la seule solution viable est de les acheter en ligne. Et qu’il s’agisse des points de vente physique (comme les pharmacies), de sites e-commerce ou de site d’enchères, certains revendeurs en profitent pour vendre leurs produits encore disponibles beaucoup plus chers.

Et les masques ne sont pas les seuls produits concernés par ces abus : les gels hydroalcooliques (gels désinfectants antibactériens) pour se laver les mains en l’absence de lavabo, et même les lingettes désinfectantes, subissent le même sort. C’est précisément contre ce phénomène que nous tentons de lutter, en recherchant des produits disponibles, mais à des prix restant raisonnables.

D’autre revendeurs peu scrupuleux vendent des masques n’étant pas assez filtrant pour stopper le coronavirus, ou de piètre qualité (les couches filtrantes se détachent, l’élastique de maintien présente le risque de se casser, etc.). Ils n’hésitent pas à certifier que leurs produits répondent aux normes exigées (FFP2 / FFP3 pour les normes européennes, et N95 et N99 pour les normes américaines), alors qu’il n’en est rien…

Là encore, nous veillons à ce que les produits proposés sur cette page soient réellement conformes à la protection contre le coronavirus. Il est désolant de constater cette recherche du profit face à la crise et au malheur des autres, mais ce phénomène a malheureusement toujours existé, de tous temps…

Remerciements: www.Kit-survie.org

Autres articles

Quand partir et ou ? Pour mieux voyager

Quand partir et ou ? Pour mieux voyager

Vous souhaitez voyager à l'autre bout du monde en basse saison et éviter les hordes de touristes ? Pas de problème, nous avons mis au point une carte,  mois par...

L'art de Voyager moins cher: 10 choses à faire AVANT  de partir

L'art de Voyager moins cher: 10 choses à faire AVANT de partir

Dans cet article, nous évoquerons 10 choses indispensables à faire AVANT de partir, pour voyager moins cher. Cet article est le premier d'une série d'articles dédier aux voyages moins coûteux. Donc...

15 manieres de decouvrir Bali

15 manieres de decouvrir Bali

Le nom de Bali évoque à lui seul les délices du paradis. Surnommée “l’île des dieux”, elle respire tour à tour la spiritualité, la grâce et la sérénité. On vous...

Quel traducteur électronique choisir ?

Quel traducteur électronique choisir ?

Si vous êtes de ceux qui ont la chance ou l’envie de voyager régulièrement, alors vous savez déjà que le voyage est un moyen d’apprendre absolument fantastique. On découvre, on...

Ajouté au Panier !

-10% DE SUITE !

Si vous validez votre commande d'ici

ACHETER

OU

Entrer le code de réduction ECO10 au passage en caisse

🌎Livraisons et retours gratuits dans le monde entier ! FIN DES SOLDES ! -50% sur le 2ème article acheté code 👉 SOLDESFIN -15% sur TOUT le catalogue avec le code: SPRING
Prenez soin de vous ! 😷 Nous continuons à vous livrer gratuitement, à domicile
Plus que $x d'achat pour bénéficier de la livraison offerte vers la Livraison OFFERTE en La livraison de votre commande vous est offerte vers la Livraison offerte pour toute commande supérieure à XX Félicitations, la livraison vous est OFFERTE